Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Ancien chef d’Etat major de la Force aérienne F. Munene devant la Haute cour : des questions sans réponses

Source:   Le Potentiel

 C’est confirmé des sources officielles. Le général Faustin Munene est entre les mains de la Haute Cour militaire. Les griefs qui lui sont reprochés pourraient être divulgués plus tard, si la Haute Cour le décide. Place, en attendant, à l’enquête préjuridictionnelle qui suit son cours. Place, aussi, à la spéculation au sein de l’opinion publique.

 Où est passé le général Benoît-Faustin Munene ? Cette question n’a plus lieu d’être posée. Car le ministre de la Communication et des Médias, Lambert Mende Omalanga, a révélé que l’ancien chancelier des Ordres nationaux est entre les mains de la Haute cour militaire. Il a aussitôt ajouté qu’une enquête pré juridictionnelle est menée sur des faits qui lui sont reprochés.

Cette confirmation a été faite au cours d’un point de presse tenu mardi au cabinet du ministre. Lambert Mende s’est gardé d’avancer un seul fait que l’on reproche à l’ancien vice-ministre de l’Intérieur et ancien chef d’état-major de la Force aérienne congolaise sous le régime de Laurent-Désiré Kabila, porté disparu, selon sa famille, depuis le 27 septembre 2010.

Le ministre, qui répondait à une question n’a pu fournir d’autres précisions sur cette arrestation qui suscite beaucoup de spéculations dans les milieux tant politiques que militaires, au regard du passé de l’intéressé.

En revanche, tout ce qui s’est répandu comme rumeur fait état d’une tentative de putsch à laquelle serait lié le général Munene. S’exprimant le 07 octobre sur Radio Okapi, Fabrice Munene, son fils aîné, a livré le témoignage que l’on retiendra longtemps.

« Papa s’est senti en danger. Il en a été informé. Ca s’est vérifié juste après parce que, quand il s’est déplacé, toutes nos maisons ont été scellées et pillées. Il s’agit de la maison officielle de la Gombe, la maison privée de Ma Campagne et celle de la commune de Bandalungwa. Ce qui nous inquiète, c’est qu’on ne sait pas s’il est vivant. On ne sait pas où il se trouve en ce moment. »

MUNENE, TRAHI OU REJETE ?

Ces plaintes ont été enregistrées le 07 octobre. Voilà que le 12, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement répond aux interrogations de la famille, en donnant quelques précisions. Toujours est-il que, sans attendre une révélation supplémentaire du ministre, les trois résidences du général Munene à Kinshasa sont, à en croire des sources concordantes, assiégées par des éléments de la Police militaire (PM).

Pour atypique qu’il soit, l’itinéraire du général est digne d’être scruté à la loupe pour, peut-être, saisir sa personnalité. Successivement ancien vice-ministre de l’Intérieur, puis chef d’état-major de la Force aérienne congolaise sous le régime de Laurent-Désiré Kabila, il a été promu chancelier des Ordres nationaux à l’avènement du président Joseph Kabila.

La lune de miel ne durera pas longtemps. Car la Chancellerie des Ordres nationaux lui trouvera un successeur. Benoît-Faustin Munene sans fonction, sans pouvoir et sans revenus, s’est-il senti rejeté, trahi par le fils de M’Zée ? Comment a-t-il pris ce qui ressemble ni plus ni moins à une traversée du désert ?

Toujours est-il que, mis pour la seconde fois en « Réserve de la République » sous Joseph Kabila, l’ancien chancelier a, pour meubler son temps, décidé de se consacrer au développement de sa fondation, « Fondation Pierre Mulele », en mémoire du « révolutionnaire » du Kwilu (Province du Bandundu), que Mobutu exécuta dans les années ‘70. La Fondation, laisse-t-on croire, a l’ambition de mener des actions de «charité» aux quatre coins du pays en général et dans la province du Bandundu en particulier.

La nouvelle de l’arrestation du général Munene est là, bien qu’incomplète. Elle va alimenter de folles rumeurs. Reste à la Haute cour militaire de confirmer ses soupçons. Elle aura, toutefois, en face de coriaces avocats de la défense, déterminés à tailler en pièce les allégations du Ministère public. En attendant les joutes, Munene jouit de la présomption d’innocence.

Translate »