Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Afrique: L’Afrique s’unit à la communauté mondiale pour aider Haïti

Par Charles W. Corey rédacteur(America. gov)

logo_greenDe nombreux pays africains font des dons et envoient des services d’urgence.

En dépit de leur propre précarité financière et des difficultés auxquelles ils se heurtent en matière de développement, un grand nombre d’États africains se sont unis à la communauté internationale pour apporter leurs contributions sous forme de dons ou de services d’urgence à la population sinistrée d’Haïti.

On estime qu’à ce jour, les gouvernements du monde ont pris des engagements d’aide immédiate à Haïti dépassant largement le milliard de dollars. Les nations africaines font leur part.

C’est ainsi que l’Afrique du Sud a expédié deux équipes de recherche et de sauvetage à Haïti et que des organisations non gouvernementales (ONG) sud-africaines telles que la Croix-Rouge et l’Armée du salut ont lancé des appels aux contributions en vue de collecter 4 millions de dollars pour cette cause. L’ONG sud-africaine « Gift of Givers » a rassemblé de son côté des fournitures d’urgence d’une valeur supérieure à 600.000 dollars.

La République démocratique du Congo (RDC) a annoncé qu’elle versait 2,5 millions de dollars en aide d’urgence aux victimes du tremblement de terre en Haïti. S’adressant à la BBC, le ministre de l’information de la RDC, M. Lambert Mende, a déclaré : « Le Congo n’est pas en faillite ; nos problèmes ne doivent pas nous empêcher de venir en aide à un pays frère. »

Le président de la Republique du Sénégal, M. Abdoulaye Wade, a offert une aide de 1 million de dollars. Le Gabon, la République du Congo et la Namibie se sont engagés à verser également 1 million de dollars.

La Guinée équatoriale a pris un engagement de 2 millions de dollars en faveur des secours à Haïti. Dans une déclaration écrite, son président, M. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, a déclaré : « Bien que nos deux pays soient séparés par un océan, la Guinée équatoriale se tient aux côtés des victimes en Haïti en cette période de détresse et de chaos. » Les fonds annoncés par le gouvernement de Guinée équatoriale, comme ceux de nombreux autres gouvernements étrangers, sont remis à Haïti par l’intermédiaire des Nations unies, ajoutait le communiqué.

Maurice, qui a annoncé une aide d’environ 500.000 dollars, s’est mobilisée pour aider à lever des contributions en faveur d’Haïti. Le conseil municipal de Beau-Bassin-Rose Hill, deuxième ville du pays, a indiqué, le 20 janvier, qu’une émission télévisée de collecte de contributions aurait lieu le 29 janvier.

C’est le diocèse de Port-Louis, la capitale, qui a lancé l’appel national aux contributions par l’intermédiaire de l’oeuvre caritative mauricienne Caritas, qui organise la collecte de fonds.

Le Botswana verse 150.000 dollars en faveur de l’aide à Haïti, appelant ce don « un signe de l’amitié, de la bonne volonté et de la solidarité qui existent entre le gouvernement et le peuple du Botswana et le gouvernement d’Haïti ».

Le Rwanda envoie pour sa part 100.000 dollars, comme le fait la Sierra Leone, tandis que la Namibie s’est engagée à verser 1 million de dollars. La Croix-Rouge namibienne a lancé un appel national aux contributions et a déclaré à la Namibian Broadcasting Company que bien que le gouvernement ait déjà réagi à la catastrophe qui avait touché Haïti, les besoins étaient si immenses qu’il fallait inviter le public à se mobiliser également par des dons d’argent.

Le gouvernement du Libéria a annoncé un don de 50.000 dollars à Haïti. Selon un communiqué du ministère libérien de l’information donnant des détails sur ce don, les relations entre Haïti et le Libéria remontent à la création de l’État libérien.

Au Kenya, la Croix-Rouge a émis un appel commun avec le Comité international de la Croix-Rouge. Le Bénin a créé des comptes bancaires pour accepter des dons en faveur des victimes du séisme et pour venir en aide à la cinquantaine d’étudiants haïtiens qui sont actuellement inscrits à l’université du Bénin et dont beaucoup sont maintenant coupés de tout soutien financier de leur famille en Haïti. Le Bénin a également offert d’augmenter l’effectif policier qu’il a affecté à la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) et d’envoyer en outre des renforts militaires à cette mission.

La liste des États africains donateurs ne cesse de s’allonger de jour en jour.

Translate »