Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

49ème anniversaire de l’indépendance du Congo – L’UDPS dresse un bilan sombre !

Par Guy Elongo

UDPS-LOGO2L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), n’a pas passé sous silence la grande date historique du 30 juin 2009, marquant la commémoration du 49ème anniversaire de l’accession de la RD Congo à la souveraineté nationale et internationale. Les combattantes et combattants se sont retrouvés le 30 juin dernier en leur siège à Righini pour marquer, à leur manière, cette journée de fête nationale.

Après une manifestation haute en couleur organisée pour la circonstance, le Secrétaire Permanent, l’Ambassadeur François-Xavier Belcthika Kalubye a adressé un message à l’ensemble du peuple congolais.

L’occasion était tout indiquée pour les ténors du Parti cher à Etienne Tshisekedi de dresser un bilan de gestion des gouvernements ayant dirigés le Congo sous la première et la deuxième République avec Mobutu et sous le règne de Kabila le Père jusqu’à la troisième République en passant par la transition.

Pour François-Xavier Belthcika, le bilan, dans l’ensemble, est sombre. Lorsque les pères de notre indépendance, dit-il, et l’ensemble du peuple congolais contraignent le Royaume de Belgique à mettre fin à son occupation coloniale, et proclament l’indépendance du Congo le 30 juin 1960, la RD Congo, à l’époque, était classée au même rang que la Corée du Sud, le Canada et la République Sud-africaine.

Même rang en termes de revenu par tête d’habitant, mais également en termes d’infrastructures économiques et sociales, et en termes de niveau d’industrialisation.

Le bras droit de Tshisekedi, se souvient bien qu’à l’époque, le décret signé par le président Kasa-Vubu portant nouveau barème de rémunération des agents de l’Etat, fixé, en Francs congolais, avait l’équivalent de 250$ US pour l’huissier contre 2.500$ US pour le Secrétaire Général.

Il s’agissait là bien attendu, raconte-il, du salaire de base ne comprenant ni les indemnités des transports, ni les soins médicaux, ni les allocations familiales, ni les primes de fonctions, encore moins les diverses autres indemnités auxquelles avait droit tout fonctionnaire, quel qu’ait été son rang.

Il note, cependant, que tout au long de cette première République (1960-1965), l’enseignement primaire était gratuit à tous les niveaux, qu’il soit public ou subventionné. Mieux, les étudiants étaient logés, nourris, soignés et transportés par l’Etat, tandis que les principales villes et agglomérations du pays bénéficiaient d’une couverture vaccinale et d’un service d’hygiène qui préservaient la population de grandes endémies, comme la variole, lèpre, le paludisme et la fièvre typhoïde etc.

Le Congo-Kinshasa, conclut-il ce chapitre, était classé parmi les pays en voie de développement dont le décollage économique était, non seulement donné pour certain, mais également pour rapide. Aujourd’hui, soutient-il, le pays se classe dans le rang que tout le monde connaît. Avec l’arrivée de Mobutu au pouvoir qui, 32 ans après, sera chassé par M’zee Laurent Désiré Kabila, le peuple congolais a souffert et continu toujours à rêver un Congo nouveau plus beau qu’avant.

Dans ce contexte, l’UDPS réaffirme haut et fort qu’il n’ y a pas de fatalité pour les peuples qui restent débout. L’organisation du 1er Congrès du Parti, indique le Secrétaire Permanent, est une porte de solution de l’avènement d’un Congo nouveau. Les résolutions et les décisions prises de ces assises rassurent bel et bien la détermination de l’UDPS refondée, à gravir courageusement et inexorablement les marchent qui mènent vers la conquête du pouvoir d’Etat aux fins de gouverner autrement le pays, avec une vision claire.

François Belcthika pense que l’heure a sonné et toutes les combattantes et combattants doivent se tenir main dans la main pour aller ensemble vers les mêmes objectifs. Dans la même optique, il a souligné que l’amnistie décrétée par le 1er Congrès est une opportunité offerte à tous les membres repentis de se rassembler et de se serrer dans les rangs autour de l’idéel de lutte du Président National, en se focalisant sur l’essentiel, à savoir conduire le Parti au pouvoir par le succès électoral.

1 thought on “49ème anniversaire de l’indépendance du Congo – L’UDPS dresse un bilan sombre !”

  1. Le Parti a fidelement peint le sombre tableau caractérisant les 49 ans de l’après l’indépendance du pays.

    C’est la preuve que nous restons proches du peuple congolais,que nous suivons de près la situation et que, le moment venu, nous appliquerons notre plan de sauvetage collectif n’accordant la moindre place à l’intérêt égoïte.

    Awazi Kasele

    Udps/ Suisse.

Comments are closed.

Translate »