Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

« Joseph KABILA » poursuit les menaces, les rafles et les exécutions sommaires des congolais

Source: KongoTimes

Joseph KABILA, alias, Rais CHEGUEVARA, President de la République démocratique du Congo (RDC) Assassinat de Floribert CHEBEYA BAHIZIRE, « Joseph Kabila » brouille les pistes et poursuit les exécutions massives des congolais. Olive Lembe absente aux festivités du 30 Juin 2010 ?Les bateaux en provenance de la province de l’Equateur sont arraisonnés au-delà de Maluku et vides de leurs jeunes occupants (hommes ou femmes) qui sont systématiquement massacrés sur ordre de “Kabila”. Pendant ce temps, il est en train de brouiller les pistes devant mener à l’assassin de Chebeya.

Près de deux semaines après l’assassinat de Floribert Chebeya le président de l’ONG la Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme, le peuple congolais continue à réclamer justice pour ce martyr de la liberté qui s’est battu toute sa vie pour que tous les congolais indépendamment de leurs ethnies ou de leurs conditions sociales aient le même droit à la Justice devant l’Etat congolais et même devant les instances internationales. Mais force est de constater que la gestion actuelle de cette affaire par le gouvernement congolais donne déjà des signes annonciateurs d’une nouvelle mascarade qui aboutira si ce montage orchestré arrive à terme, à ce que l’auteur principal de l’ignoble assassinat de Chebeya et son chauffeur, s’en sorte sans être puni. En effet, l’oeil du Patriote relève pour cela un certain nombre de faits qui prouvent clairement que pendant que les congolais et une partie de la Communauté internationale se mobilise pour que Justice soit rendue dans cette tragique affaire, « Joseph Kabila » lui, poursuit plutôt inlassablement la résolution d’une autre équation en 4 points :

1.Neutraliser Floribert Chebeya : parce que ce dernier ne cessait de dénoncer les actes criminels commis par lui et ses collaborateurs et que la dernière action du Président de la Voix des sans Voix qui consistait à porter l’affaire Bundu Dia Kongo devant un tribunal belge sur le principe de la compétence universelle, allait contribuer à fragiliser considérablement notre imposteur national. L’intention de Chebeya de profiter de l’audience internationale des festivités du 30 juin pour faire écho de cette action judiciaire était évidemment inacceptable pour le « raïs ». Concernant ce premier point « Kabila » a malheureusement atteint son objectif ;
2.Neutraliser John Numbi : impliqué dans les derniers événements de Lubumbashi ce dernier s’est positionné comme un rival dangereux dont « Joseph Kabila » essaie désormais de se défaire à la première occasion.
3.Effacer toutes les pistes humaines et matérielles qui peuvent mener au véritable instigateur de ces crimes, cet objectif explique en partie les nombreuses zones d’ombre qui entourent « l’enquête ».
4.Redorer son image de chef d’État et conforter son autorité en réussissant l’organisation des festivités du 30 juin prochain.
Et tout ceci reste bien sûr inscrit dans le cadre de la mission principale de « Kabila » en RDC, à savoir la mise en place d’une nouvelle forme de colonisation de notre pays par le Rwanda avec comme l’un des objectifs principaux la balkanisation au moins de l’Est de la RDC par son rattachement à l’Ouganda, au Burundi et au Rwanda. Pour cela « Kabila » doit donc pouvoir agir de « l’intérieur » sans aucun obstacle, tout doit rester sous son autorité d’où la nécessité de la mise en place d’une implacable dictature aussi féroce soit elle.

« Kabila » brouille les pistes
Pendant que les chiens de garde de l’imposteur national continuent de crier haut et fort : « le président « Kabila » n’a rien à cacher et demande que toute la lumière soit faite autour de l’assassinat de Floribert Chebeya », « Joseph Kabila » lui, pose les jalons de la grande mascarade qui doit au contraire veiller à ce que justice ne soit jamais rendue dans cette affaire. Et pour cause : toutes les pistes mènent à sa personne.

1. « Joseph Kabila » passe sous silence des directives manuscrites de l’ANR : Comment interpréter la manière dont est tue l’une des informations capitale révélée par L’oeil du patriote depuis juin 2008 sinon par un aveu de culpabilité. En effet, pourquoi le « raïs » que l’on dit vouloir « apporter toute la lumière » sur l’assassinat de Chebeya passe-t-il sous silence l’autre volet du même dossier relatif aux instructions manuscrites (que voici) du patron de l’ANR ordonnant clairement l’élimination physiques de la victime.

Sous d’autres cieux en cas d’assassinat avéré comme c’est le cas de Chebeya la police est obligé déontologiquement de remonter toutes les pistes sans en négliger aucune. Pourquoi cela n’est-il pas le cas en RDC ? Pourquoi ce grand silence sur l’identité de l’autorité qui avait donné l’ordre à la hiérarchie de l’ANR de procéder à l’assassinat de Chebeya, d’autant plus que cette piste nous livre déjà l’identité de deux maillons importants de la chaîne du crime notamment d’une part, l’agent «05/200» (qui est le code opérationnel du Directeur des Services Actions de l’ANR dirigés en principe, d’après l’ordonnance n°07/063 d’août 2007 portant nomination des cadres, par Mr. Mwamba Ngoy) et d’autre part, son chef hiérarchique qui n’est autre que le responsable de l’ANR, Ndaruwezi.

2. « Joseph Kabila » passe sous silence le rôle joué par « Elie » son tueur à gage : dans l’article précédent de L’oeil du Patriote, nous avions clairement décrit le scénario de l’assassinat de Floribert Chebeya pour lequel d’après nos informations, « Joseph Kabila » a une fois de plus fait appel aux services de l’un de ses tueurs à gage dont le nom complet est Elie LUNGUMBU MULONGE.. « Kabila » peut-il dire aujourd’hui aux congolais pourquoi ce sinistre personnage très proche de sa soeur Jeannette et lui , et qu’il connait depuis au moins la période où ils vivaient encore en Tanzanie, pourquoi donc celui-ci utilise un N° de téléphone rattaché à la présidence et que nous avions déjà rendu publique mais que nous remettons ici : 00 243 999 989 999. Dans l’entretemps « Kabila » s’acharne à éliminer toutes les traces des personnes supposées « dangereuses » parce que justement susceptibles d’apporter la lumière dans cette ignoble assassinat. Et pour preuve 5 officiers et un caporal des FARDC ont été froidement exécutés dans la nuit du lundi 7 juin à Kibomango. Parmi eux le Lieutenant BEINE qui fut l’Adjoint-Chef Détention à la prison centrale de Makala et le Caporal GBADO un rescapé du MLC.

3. « Joseph Kabila » garde la main-mise sur le déroulement de « l’enquête » et décide de sacrifier quelques collabos pour se couvrir :

Le conseiller spécial aux commandes de l’enquête : Les derniers développements de l’affaire Chebeya prouvent une fois de plus que « Joseph Kabila » tient à gérer personnellement l’évolution de l’enquête selon ses propres objectifs. C’est ainsi qu’il a délibérément décidé de confier celle-ci au Conseil National de Sécurité (CNS) que gère directement son Conseiller spécial en matière de Sécurité, Pierre Lumbi Okongo. C’est dans les locaux de ce Conseil National de sécurité que sont internés aujourd’hui tous les supposés prévenus dans cette affaire, c’est là-bas que se déroulent les « interrogatoires » et c’est également le CNS qui rédige les PV qu’il transmet ensuite au PGR (Procureur Général de la République) Monsieur Floribert Numbi Kabange, faisant ainsi du parquet une simple caisse de résonnance des volontés du « raïs ».

Conflit de compétence et d’intérêt : De plus il faut noter que le PGR Numbi Kabange, n’est autre qu’un membre de la famille de John Numbi lui-même. Si ce fait contribue surement à rendre moins méfiant l’inspecteur général de la police (aujourd’hui « suspendu ») sur le sort que lui réserve en réalité « Kabila », ce fait permet en outre au « raïs » de garder au moins dans un premier temps la mainmise sur une évolution plus sereine de la situation.

Numbi et Oleko sacrifiés : Au lendemain de l’assassinat du Président de la Voix des sans Voix, chacun a pourtant pu assister aux scènes ridicules et aux mises en scène grossières et nauséabondes auxquelles se sont livrées les autorités politiques congolaises .Les images du Général d’opérette Oleko, Chef de la police pour la ville province de Kinshasa, vautré dans son siège devant les caméras de la télévision nationale et débitant des propos aussi impudiques que mensongers sur les circonstances de la mort de Floribert Chebeya ont écoeuré non seulement les congolais , mais plusieurs diplomates accrédités à Kinshasa. Tous ceux qui ont suivi ce triste spectacle à la RTNC ont clairement remarqué que le Général Oleko était en train de rendre péniblement un texte qu’on venait de lui imposer pour une « lecture publique ». Maintenant que l’échafaudage du mensonge commence à s’effilocher sous la pression populaire et de la communauté internationale, et particulièrement après l’autopsie finalement imposée à « Kabila » par cette dernière, celui-ci qui jusque là croyait à la solidité de son système de brouillage, est contraint de lâcher quelques uns de ses « chiens » congolais pourtant habitués à se prostituer pour lui. Ne mesurant sans doute pas encore la gravité de la menace qui pèse désormais sur lui, le Général Numbi a naïvement accepté le premier « d’endosser » le crime et avec lui quelques autres officiers. Il est « suspendu » de ses fonctions mais libre de tout mouvement.

Quant au Général Oleko après avoir été interné et interrogé à la CNS il a été placé en liberté conditionnelle ; Mais chacun peut évidemment se demander, d’où a-t-il donc reçu la version « érotique » du crime, qu’il a décrit sans pudeur au public congolais ? Il ne s’est quand même pas levé de son lit pour courir de son propre gré à la télévision nationale et présenter son show ! Sur ordre de qui et pour l’intérêt de qui a-t-il agit ainsi ? Poser cette question c’est y répondre.

4. Ces congolais qui se prostituent pour sauver « Kabila » :

Mais pendant que certains collabos apprennent à leurs dépens que « Kabila » est prêt à sacrifier tous les « chiens » congolais qui l’entourent si ses intérêts sont menacés, d’autres collabos redoublent sans vergogne d’efforts pour s’attirer les faveurs du « raïs ». Alors qu’on n’entend plus jacasser le perroquet Mende Omalanga qui paraît avoir avalé sa langue depuis ce triste événement, c’est son collègue de l’intérieur Adolphe Lumanu qui semble avoir pris le relais, pour débiter des sornettes à la presse nationale et internationale, répétant comme un refrain et à tout bout de champs : « le président « Kabila » n’a rien caché ». Et cela sans que les journalistes ne lui aient même posé la question : qui se sent morveux se mouche dit-on.

De même, Jean-Marie Kassamba un autre perroquet au service de notre imposteur national sillonne comme un noctambule les antennes des télévisions à Kinshasa pour prêcher le même message aux rares congolais qui n’ont pas encore compris les dessous de cette affaire. Pour mieux faire, il demande au peuple congolais, qui à travers sa société civile a décidé de faire le deuil de Chebeya jusqu’au 30 juin, de renoncer à cette initiative car dit-il sans sourciller « la mort de Chebeya n’a aucun rapport avec les festivités nationales du 30 juin ». Voilà ce que certains appellent l’« élite » ou « les intellectuels » congolais en RDC. Pitoyable !

5. « Kabila » s’approprie la dépouille de Floribert Chebeya » et crache une fois de plus sur sa mémoire :

Une fois, Floribert Chebeya assassiné, « Kabila » par le premier montage injurieux de la découverte du corps de la victime à moitié dénudé etc…, a sans scrupules manqué de respect à la dépouille de celui à qui il venait déjà d’ôter la vie. S’appropriant littéralement le corps de sa proie, il a ensuite empêché qui que ce soit de voir librement celui-ci à la morgue y compris les propres membres de la famille du défunt. Ce qui est déjà un scandale et une fois de plus un aveu de culpabilité. Mais comme si cela ne suffisait pas, « Kabila » entend en plus imposer maintenant quand et comment se dérouleront les obsèques du Président de la Voix des Sans Voix. C’est ainsi que sous prétexte de « réconforter et de soutenir » la famille de Chebeya, les sbires de « Kabila », à commencer par son Conseiller Spécial, ont entrepris de faire pression (à coup de menaces et de dollars) sur la famille de la victime afin que la dépouille de Chebeya soit rapidement évacuée vers Bukavu pour y être inhumée le plus tôt possible, tentant ainsi de saboter le programme préétabli par la société civile et la famille de Chebeya qui souhaitaient l’enterrer à Kinshasa. Ce dernier acte signifierait une bonne fois pour toute la volonté de « Kabila » de ne laisser aucun espace en RDC aux velléités des uns et des autres pour l’émergence d’un véritable État respectueux des droits de l’Homme.

« Kabila » poursuit, les menaces, les rafles et les exécutions sommaires des congolais
Pendant que l’attention de nombreux congolais reste captivée par l’Affaire Chebeya, des rafles sont systématiquement organisées sur toutes les embarcations descendant le fleuve Congo. Le goulot d’étranglement est situé en amont de Maluku où un important dispositif militaire a été mis en place pour « accueillir et traiter » tous les jeunes gens et jeunes filles en provenance de la province de l’Équateur que l’on assimile volontairement aux « Enyele ».

Comme nous l’avions déjà relevé ci-dessus, notre imposteur national poursuit inlassablement ses objectifs en République démocratique du Congo et n’accepte d’aucun congolais la moindre entrave à ses plans. Plusieurs sources concordantes indiquent que même Olive Lembe a à nouveau fait les frais dernièrement de la brutalité du « raïs ». Il y a quelques jours celui-ci s’est jeté sur elle et l’a molesté sauvagement. Elle a réussi à s’enfuir en passant par Brazzaville où elle s’est précipitée dans le premier avion pour l’Europe. Elle aurait au moins un membre fracturé et son état de santé semble compromettre jusqu’à présent sa présence aux fameuses festivités du 30 juin. De quoi méditer sur le slogan de campagne mensongère qu’elle a défendu corps et âme en 2006 : « Momemi maki abundaka te ! » Tokamwe ! « Joseph Kabila » comme un serpent venimeux, continue donc à frapper ses victimes congolaises quand elles ne s’y attendent pas et sans que personne ne l’en empêche. Il n’épargne personne y compris dans son propre camp où d’après RFI (10 juin 2010) , il aurait dernièrement menacé de mort les ministres Kamitatu, Mbusa, Endundo et le député Bahati .De même deux députés provinciaux , Tunda Lukale Prosper et N’Sanda Buleli Léonard ont déploré les menaces du « raïs » à leur encontre pour avoir contesté le choix des candidats imposé par « Kabila » lors de la dernière élection du gouverneur et du Vice-gouverneur du Maniema.

La conclusion à la fois à toute cette série de faits ainsi qu’à l’imposture avérée et déjà dénoncée à maintes reprises, de « Joseph Kabila » à la tête des institutions congolaises ne se résume-t-elle pas désormais en une seule équation à résoudre par l’élite congolaise civile ou militaire avant son extermination ? : Celle de savoir quand les congolais vont-ils mettre fin à l’aventure de cet émissaire de Paul Kagamé en République démocratique du Congo ? N’est-il pas évident aujourd’hui que c’est après cela seulement que Justice pourra enfin, être rendue aux victimes de ce tueur en série qui se fait appeler « Joseph Kabila » ? Quelle contribution chaque congolais est-il prêt à apporter pour atteindre cet objectif ? A chacun d’y répondre. Floribert Chebeya a largement fait sa part.

Par Candide OKEKE

Translate »