L’ONU estime que le dialogue en RDC est bloqué par la crise au sein de l’opposition

-La Mission de l’ONU en République démocratique du Congo (Monusco) a estimé mercredi à Kinshasa que les divisions au sein du Rassemblement de l’opposition bloquaient l’application de l’accord de sortie de crise politique en RDC.

Constitué en juin 2016 autour de l’opposant historique, Étienne Tshisekedi, le Rassemblement est signataire de cet accord conclu le 31 décembre dernier entre la majorité et l’opposition sous l’égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco).

Après la mort le 1er février à Bruxelles de Tshisekedi à 84 ans, le Rassemblement fait face à des divisions internes, alors que Félix Tshisekedi a été désigné pour succéder à son père.

La “scission au sein du Rassemblement” freine la mise en oeuvre de l’accord et “paralyse quelque peu le travail de la Cenco”, a déclaré à la presse Charles-Antoine Bambara, directeur de l’information publique de la Monusco.

Lundi, l’Église catholique avait recommandé “vivement à toutes les composantes du Rassemblement de privilégier l’unité” pour “faire avancer les choses” vers une cogestion pacifique entre majorité et opposition jusqu’à des élections prévues fin 2017.

“Nous y travaillons pour que tout le monde revienne à la raison”, a dit mercredi à l’AFP Augustin Kabuya, porte-parole de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti des Tshisekedi.

L’accord de la Saint-Sylvestre vise à sortir la RDC de la crise née du maintien au pouvoir du président Joseph Kabila au-delà du terme de son mandat, le 20 décembre dernier. M. Kabila est au pouvoir depuis 2001 et la Constitution lui interdit de se représenter.

Etienne Tshisekedi avait été désigné président du conseil de suivi de l’accord. Mais depuis son décès, les tergiversations autour du retour de sa dépouille ainsi que les marchandages de postes font que les discussions sont au point mort.

Avec AFP

(59)

Share



Translate »