En Macédoine, une victoire en demi-teinte pour le référendum sur le changement de nom

En Macédoine, une victoire en demi-teinte pour le référendum sur le changement de nom

La victoire n’est sans doute pas à la hauteur du moment « historique » annoncé, mais l’essentiel est là : l’accord sur le « nom conclu » au mois de juin entre la Macédoine et son voisin grec a franchi l’écueil du référendum, organisé dimanche 30 septembre dans ce petit pays des Balkans.

La victoire du « oui » est nette, avec des estimations donnant 90 % des électeurs acceptant un changement de nom du pays, qui deviendrait, en vertu de cet accord, la Macédoine du Nord. Mais le résultat est en réalité bien plus étriqué qu’il n’y paraît, l’indicateur le plus scruté, la participation s’avérant très faible. Selon le dernier chiffre fourni par la commission électorale, les deux tiers des électeurs n’étant pas allés voter une demi-heure avant la fermeture des bureaux.

Confusion sur la « victoire »

Avant même l’annonce finale des résultats, le premier ministre social-démocrate Zoran Zaev, s’est félicité d’un « succès pour la démocratie et pour la Macédoine européenne », assurant que « la vaste majorité des citoyens ont choisi une Macédoine européenne ». Le commissaire européen à l’élargissement, Johannes Hahn, a lui aussi salué « un large soutien » apporté à l’accord. Signe de la confusion, au moment où M. Zaev serrait le poing en signe de victoire, quelques centaines d’opposants au référendum célébraient eux aussi leur « victoire » devant le Parlement.

Cette différence d’interprétation se résume à un chiffre : 50 %. Mettant en avant le caractère « consultatif » de ce référendum, le gouvernement ne s’estime pas tenu par le seuil de 50 % de participation que la Constitution impose ordinairement aux référendums pour être considérés comme valide. A l’inverse, l’opposition nationaliste du parti VMRO-DPMNE avait prévenu qu’elle ne reconnaîtrait le scrutin que si ce seuil était franchi. « Les gens qui ont voté contre l’accord et ceux qui ont choisi de montrer par l’abstention ce qu’ils en pensaient ont envoyé le message le plus clair qui soit », répétait dimanche soir le chef du parti, Hristijan Mickoski.

« Il n’y a pas d’alternative »

Le désaveu pour le pouvoir est net, mais le processus pas pour autant enterré. L’objectif de Zoran Zaev est désormais d’obtenir un vote d’une majorité des deux tiers du Parlement pour adapter la Constitution à l’accord conclu en juin avec son homologue Alexis Tsipras. « Il n’y a pas d’alternative », a-t-il martelé dimanche soir, prévenant qu’il n’hésiterait pas à convoquer des élections anticipées si les négociations avec l’opposition patinaient.

Car le pari, déjà ambitieux, s’annonce désormais très périlleux. Les sociaux-démocrates et leurs alliés de la minorité albanaise (25 % de la population) ne disposent pas de cette majorité des deux tiers. Il leur faudra convaincre une dizaine de députés de l’opposition de se rallier, le tout avec une légitimité démocratique écornée par les résultats de dimanche soir.

Ceux-ci compliquent également la tâche d’Alexis Tsipras, qui devra lui aussi, en cas de vote positif du Parlement macédonien, convaincre son propre Parlement d’accepter l’accord. Son partenaire de coalition, les Grecs indépendants, y est opposé, et les nationalistes du nord de la Grèce se sont à nouveau fait entendre en manifestant dimanche à Thessalonique.

Lire aussi :   Athènes et Skopje s’entendent sur le nom de « République de Macédoine du Nord »

Lourd contentieux irrésolu

C’est donc une période lourde d’inconnues et d’incertitudes qui s’ouvre pour la Macédoine, et ce alors même que l’enjeu est de taille. La question du nom, pour archaïque qu’elle puisse paraître, est à l’origine d’un lourd contentieux irrésolu depuis 27 ans avec la Grèce, pour qui le nom de Macédoine est exclusivement celui de sa province septentrionale. Depuis l’indépendance de « l’Ancienne République yougoslave de Macédoine », la formulation acceptée par l’ONU et la plupart des organisations internationales, les Grecs crient à l’usurpation d’identité, à la spoliation d’héritage, notamment celui du roi antique Alexandre le Grand, et soupçonnent leurs voisins, majoritairement slaves, d’entretenir des ambitions irrédentistes.

En mesure de rétorsion, Athènes impose son veto à toute tentative de Skopje de rejoindre l’UE et l’OTAN. C’est pour cette raison que le référendum de dimanche mentionnait explicitement les perspectives d’ouverture contenues dans l’accord passé avec Athènes : « Etes-vous favorable à une adhésion à l’OTAN et à l’UE en acceptant l’accord passé entre la République de Macédoine et la République de Grèce ? »

Ce rapprochement avec l’UE et l’OTAN fait l’objet d’un large consensus en Macédoine, qui a payé son isolement des dernières d’un marasme économique persistant. Mais le gouvernement a sans doute sous-estimé le caractère épidermique de la question du nom, qui touche à l’identité même de cette jeune nation divisée entre majorité slave et minorité albanaise (25 %). Une grande partie de la population a vécu comme une humiliation de devoir accepter un changement aussi fondamental sous la contrainte, quand bien même l’accord autorise Skopje à continuer d’utiliser l’adjectif « macédonien » et à évoquer une « langue macédonienne ».

Crises politiques à répétition

« Tout se passe comme si tout le monde comprenait la nécessité d’un compromis mais personne ne veut personnellement s’y associait », expliquait un diplomate européen avant le vote. Les mises en garde du pouvoir, qui avertissait qu’une telle opportunité « ne se présente qu’une seule fois par génération », n’ont pas suffi à vaincre les réticences, pas plus que les appels pressants des Occidentaux, qui se sont pressés à Skopje dans les jours précédant le vote.

Lire aussi :   L’UE donne son accord, sous conditions, au processus d’adhésion de l’Albanie et de la Macédoine

La crispation identitaire n’est pas seule en cause. Le gouvernement partait avec un lourd handicap, celui des listes électorales. Celles-ci sont en effet établies sur les bases d’un recensement vieux de seize ans, or la Macédoine a perdu entre 300 000 et 400 000 de ses habitants, partis émigrer à l’étranger. La stratégie de l’opposition s’est aussi révélée payante : sous la pression des diplomaties occidentales, les responsables du parti n’avaient pas appelé explicitement à boycotter le scrutin, mais c’est bel et bien une campagne de boycott qu’ils ont organisée en sous-main.

Les mois à venir seront déterminants, quand bien même la Macédoine est une habituée des crises politiques. Avant le vote, l’universitaire Gordan Gueorguiev, ancien vice-président des sociaux-démocrates, dressait un tableau sombre des perspectives du pays en cas d’un nouveau blocage long :

« Nous allons nous retrouver à nouveau dans un cul-de-sac. Toutes les perspectives de réformes pour mettre fin à la corruption et au clientélisme souffriront. Les jeunes vont continuer à quitter ce pays. Et pire, les Albanais [qui se sont massivement mobilisés en faveur du “oui”] vont se demander ce qu’ils peuvent attendre de ce pays. »

Pour les Européens, le signal est également peu encourageant. Leur engagement dans la campagne ne semble guère avoir pesé. Surtout, après l’échec des discussions récentes entre le Kosovo et la Serbie, l’accord gréco-macédonien constituait une rare source d’espoir dans une région, les Balkans, à nouveau marquée par les crispations identitaires.

L’origine de l’article >>

(12)

Share



Translate »